enEnglish

Nos différents défis nous donnent l’opportunité de rencontrer des personnes qui comme nous partagent l’idée que le sport est un vecteur de communication et d’intégration. Ainsi, nous avons eu envie de donner la parole à Ignacio Packer, vainqueur de l’Ultra NORWAY Race 2015 mais surtout Secrétaire Générale de l’organisation des droits de l’enfant, Terre des Hommes (www.terredeshommes.org).

« Je crois en l’impossible », Ignacio Packer. 

J’apprécie le voyage physique, émotionnel et spirituel d’événements extérieurs et la chance de rencontrer des personnes hors du commun. Je me suis mis au trail, à l’ultra trail et à d’autres aventures d’endurance parce que je crois en l’impossible et je pratique cette conviction quotidiennement.

Je travaille pour des organisations de développement et humanitaires comme Médecins Sans Frontières et Terre des Hommes depuis plus de 25 ans. J’ai eu le privilège de m’entraîner dans plus de 100 pays. Certaines de ces expériences dans des pays déchirés par la guerre comme au Liberia, au Soudan, en Afghanistan, en Syrie ou dans les Territoires Occupés de Palestine. Je me suis adapté en faisant des tours dans des jardins emmurés, en m’entraînant dans des escaliers de petits immeubles ou encore en m’entrainant, jour après jour, dans une petite pièce pour pallier aux conditions de sécurité qui ne permettaient pas de courir à l’extérieur. Mais la plupart de mon expérience de course m’a mis en contact avec des gens dans des endroits parfois très éloignés, me permettant de mieux comprendre la vie des communautés et le contexte. Cette expérience m’a mis en contact avec la nature et avec … moi-même.

Qu’il s’agisse de travailler en étroite proximité avec des populations vulnérables, de défendre les droits de l’enfant au niveau ministériel, d’expérimenter des projets familiaux fous ou de vivre ma « douce folie » pour les sports d’endurance, j’ai rencontré de la passion, de l’amitié et de l’amour. Beaucoup de mes défis professionnels et sportifs ont été longs et difficiles et ont poussé les limites. Je ne peux pas les imaginer autrement.

En tant que secrétaire général de l’organisation des droits de l’enfant, Terre des Hommes (www.terredeshommes.org), dont le travail profite directement à plus de 4 millions d’enfants dans 70 pays, mon poste exige beaucoup d’endurance et de disponibilités face à des situations complexes. Les sports d’endurance m’aident dans mon développement et m’accompagnent dans ma vie professionnelle. Courir me permet d’avoir un esprit plus libre ainsi que d’avoir plus de clarté et de distance pour relativiser les problèmes.

L’utilisation du sport et des jeux comme soutien psychosocial aux enfants dans des contextes humanitaires est un domaine du sport et développement qui occupe une place importante dans le modèle d’intervention de Terre des Hommes.

Le lien émotionnel que le sport peut offrir est une expérience extraordinaire. Participer à la première Ultra NORWAY Race de Canal Aventure en 2015 a été intense. Avant, pendant et après la course, face à des conditions météorologiques difficiles, cette aventure m’a non seulement laissé une expérience sportive incroyable, mais a créé des amitiés durables. Je suis venu pour un défi, je me suis en plus fait des amis.

Le pouvoir du sport est utilisé pour des causes sociales et je donne ma contribution en la reliant directement à ma vie professionnelle. Tel, en 2014, ce défi en course de 80 heures de Milan à Genève, 400 km pour apporter au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies des vues et opinions d’enfants migrants recueillis à leur arrivée en bateau de Libye.

L’année passée, j’ai couru le 4K Alpine Endurance Trail Valle d’Aosta 350 km 25’000D +. J’en ai profité pour communiquer et sensibiliser sur les solutions pour éviter les violations des droits humains dans l’organisation de grands événements sportifs comme les Jeux Olympiques ou la Coupe du Monde de la FIFA www.childrenwin.org).

Mon défi cette année, en juillet, est de faire du vélo, de courir et de faire du kayak de Berlin à Vukovar en Croatie. Un défi auto-organisé en totale autonomie. 1’150 km en 9 jours pour sensibiliser autour de 9 principes pour la protection des enfants migrants et pour un support à la campagne pour la protection de ces enfants, Destination Unknown (www.destination-unknown.org).

Plus que jamais, je crois en des choses impossibles comme la manière de les rendre possibles. Notre passion pour le sport d’endurance peut susciter la sensibilisation et la collecte de fonds pour des causes sociales… même les plus impossibles.

 

Vainqueur de l’Ultra NORWAY Race 2015