Sans les athlètes, pas d’ultra marathon. Il est donc naturel que ce blog leur soit souvent consacré. Cependant, ils avouent que sans les volontaires de Canal Aventure, il serait parfois impossible d’aller au bout du challenge. Bénévoles impliqués dans l’organisation avant et pendant la course, ils jouent un rôle essentiel à la réussite de l’aventure. Faisons connaissance avec quelques-uns de nos anges gardiens.

Leurs profils et pays d’origine sont divers. Agés de 24 à 71 ans, ils viennent d’Allemagne, de France, de Norvège ou du Vietnam.

Qu’ils soient infirmière comme Amandine et Anja, enseignante comme Thao, médecin comme Bruno, ancien militaire comme Nicolas et Xavier, ingénieur comme Pierre-François, conseiller bancaire comme Philip ou chargée de relations internationales comme Djamila, leur principal point commun reste la curiosité qui mène au voyage. Une saine curiosité des lieux et des gens. On pourrait résumer leur motivation par cette maxime : « Le plus beau voyage, c’est celui que l’on n’a pas encore fait ».

Notre premier contact est souvent né des annonces que Canal Aventure publie lors de la préparation des courses. Certains profitent de leur séjour temporaire ou permanent dans le pays concerné pour s’engager dans l’aventure. 

Leur rôle : contrôler, sécuriser, soutenir et former une équipe. Certains sont sportifs et parfois runners confirmés, d’autres ne connaissent pas l’univers des courses et encore moins l’ultra race en autosuffisance. Mais tous débordent d’énergie et chacun participe à l’organisation le mieux possible.

Contrôler l’approvisionnement des participants, veiller au respect des règles, gérer le balisage du parcours, le ravitaillement en eau, les check points, préparer le bivouac, les repas… les tâches sont diverses :

Xavier – avec nous depuis 6 ans en Australie, au Vietnam et au Mozambique – a commencé en conduisant un 4X4 pour encadrer THE TRACK. 

Nicolas était sweeper sur l’ultra ASIA race 2017, chargé de dé-baliser le parcours afin d’effacer toute trace de notre passage…

« Je partais en éclaireur pour contrôler le marquage sur la première partie de l’itinéraire puis j’attendais que le dernier coureur passe pour dé-baliser la seconde partie. J’ai donc fait l’intégralité des étapes de la course, souvent à pied et parfois en moto avec un bénévole vietnamien. C’était génial ».

 

 

Le parcours de l’Ultra NORWAY Race et la qualité d’accueil sur la course doivent beaucoup à Philip qui connaît les Alpes de Lyngen comme sa poche. Quant à Amandine (Australie et Vietnam) et Anja (Australie et Inde), elles ont intégré le staff paramédical en prenant notamment soin des coureurs chaque soir après l’étape. 

Le contexte unique de chaque course permet de mettre à profit des compétences propres et de s’essayer à des rôles que l’on n’a jamais tenus.

Djamila, volontaire en Inde et en Australie, souligne…

« Il faut s’adapter à des imprévus, gérer des situations auxquelles nous n’avons pas l’habitude d’être confrontés. C’est aussi et surtout un travail d’équipe où chacun arrive avec ses qualités, ses défauts, ses compétences, ses différences. C’est aussi ça qui fait la force d’une équipe ».

 

 

Bruno dit le Doc, doyen et médecin de toutes nos expéditions depuis 2014, est attaché à l’esprit de nos courses d’aventure à taille humaine qui génèrent en quelques jours des relations fortes.

 

 

La force de l’aventure les pousse à renouveler l’expérience.

Chacun tente ce voyage pour des raisons personnelles et en revient avec des souvenirs tout aussi personnels. Mais, dans chaque témoignage, le fil conducteur reste l’intensité des rencontres et de la relation humaine.

Nos anges gardiens s’attachent avant tout au soutien physique et psychologique des athlètes. Les suivre, les écouter, trouver les mots pour leur donner la force quand c’est très difficile. Repousser ses propres limites pour aider.

Thao, éprise de course à pied, avoue qu’être bénévole sur l’Ultra ASIA race lui a donné l’opportunité d’observer et d’apprendre beaucoup des marathoniens expérimentés mais surtout dit-elle :

« C’est une chance incroyable de se faire de nouveaux amis du monde entier parmi les compétiteurs et le staff… Etre entouré de personnes à l’esprit ouvert qui s’entraident et partagent quasiment tout pendant une semaine est un voyage incroyable pour tous les volontaires ».

 

 

Pierre-François, le benjamin de l’équipe qui nous a rejoint sur THE TRACK en 2017, ajoute :

« Apprendre sur soi, ses limites physiques et psychologiques… les conditions étaient dures mais j’ai vu que je pouvais me débrouiller seul dans des situations délicates, sans assistance. Vivre en groupe dans des conditions extrêmes était incroyable et nouveau ».

Amandine évoque l’aventure en des termes empreints de lyrisme…

« Quel enrichissement de se trouver en immersion dans un pays, d’aller au contact de la population, de découvrir des langages, des cultures, de s’imprégner de la différence et d’en sortir des valeurs communes… C’est une expérience faite pour les amoureux de voyage, de découvertes, pour les personnes qui aiment les relations humaines et le partage ».

Une « fabrique » de souvenirs incroyables !

Graves, amicales, drôles ou chargées d’émotion, les anecdotes arrivent en cascade.

Djamila et Anja parlent de complicité, de belles soirées autour du feu, de paysages à couper le souffle mais pas seulement.

Nicolas se rappelle ému de l’accompagnement d’un coureur retardataire épuisé et de leur arrivée au camp à la lampe frontale alors que Thao souligne son admiration pour la ténacité de coureurs presque septuagénaires.

Philip reste marqué par ceux qui terminent la course derniers après avoir passé plus de temps que tout autre, seuls dans une nature sauvage. Il les voit comme les grands gagnants de l’épreuve, plus encore que les vainqueurs aux performances exceptionnelles.

Xavier n’oubliera jamais l’arrivée dans des villages où les enfants n’avaient jamais vu de personnes blanches et Pierre-François se souvient du calme du bivouac rompu par les hurlements nocturnes d’une meute de dingos…

Amandine retient parmi d’autres une émouvante arrivée de participants à Ayers Rock au son de We will rock you du groupe Queen.

Bruno conclut « Des anecdotes, j’en ai 1000 ! Ce serait trop long ». Celles et ceux qui rejoindront l’équipe lors d’une prochaine course pourraient bien en avoir la primeur…

Un proverbe Touareg dit « Voyager, c’est aller de soi à soi en passant par les autres ». Il illustre assez bien notre souhait de partager des aventures basées sur le bonheur d’être plutôt que sur l’envie d’avoir ou de paraître.

 

Plus d’informations pour rejoindre nos équipes

 

Un Grand Merci à vous tous qui êtes avec nous depuis 2011.